Morilles 2016 déjà !

Et oui, déjà les morilles 2016 ! La nouvelle saison arrive à grands pas alors même que j’en étais resté à la saison 2015.

Un jeune renardeau m'observe un peu inquiet

Et oui, déjà les morilles 2016 ! La nouvelle saison arrive à grands pas alors même que j’en étais resté à la saison 2015.

Du coup, j’ai plein de choses à vous montrer. J’espère que l’année 2016 sera moins compliquée que l’année 2015 et me permettra d’être plus actif ici. Pour résumer, j’ai du me concentrer sur les choses essentielles et délaisser un peu le blog. Et nous voici déjà à l’aube d’une nouvelle saison de morille, ce champignon fantasque ouvre le bal de la saison de tout ramasseur qui se respecte en Franche-Comté et dans bien d’autres régions !

Plutôt que de vouloir rattraper le temps perdu, je préfère vous dresser un résumé condensé. La saison 2016 devrait nous permettre de faire quelques retours intéressants sur 2015.

Morilles : saison courte mais intense, sauvée par quelques pluies in extremis, comme vous avez pu le voir dans le billet précédent. C’est finalement sur les pézizes veinées ou oreilles de cochon – Disciotis venosa que j’en ai appris le plus.

une belle station de pézizes veinées
Une belle station de pézizes veinées

J’ai quand même eu le privilège de rencontrer une jeune portée de renardeaux. La vie, la nature dans toute sa splendeur !

Des renardeaux dans une souche creuse
Des renardeaux dans une souche creuse
Un jeune renardeau m'observe un peu inquiet
Un jeune renardeau m’observe un peu inquiet

J’ai eu l’occasion de faire quelques sorties « botanico-bucoliques ».

Un joli sous-bois fleuri
Un joli sous-bois fleuri

Par contre, mauvaise nouvelle concernant mes rares stations historiques de morilles coniques dans les Vosges saônoises sur terrain non calcaire : les forestiers sont passés par là, tout a été rasé et le terrain bien labouré par les engins d’exploitation.

Une station de morilles coniques dévastée par une coupe à blanc
Une station de morilles coniques dévastée par une coupe à blanc

Il faudra une belle année à morilles pour que je puisse retrouver de nouvelles stations. Fort heureusement, j’ai eu l’occasion de bien étudier l’écologie de ces stations.

Printemps – été : chaud, pour ne pas dire caniculaire, et sec, très sec même, suffisamment pour que mes stations habituelles ne me montrent pas grand chose. Les seuls champignons à tirer leur épingle du jeu seront finalement les girolles.

De belles girolles dès fin mai - début juin 2015
De belles girolles dès fin mai – début juin 2015

Je ferai de jolies récoltes régulièrement.

Puis à la faveur de quelques pluies, les cèpes arrivent…

Une jolie station de cèpesUne jolie station de cèpes
Une jolie station de cèpes
Un joli jeune cèpe - Boletus edulis
Un joli jeune cèpe – Boletus edulis

… suivis des trompettes…

De belles trompettes de la mort - Craterellus cornucopioides sous les feuilles de hêtres et de charmes
De belles trompettes de la mort – Craterellus cornucopioides sous les feuilles de hêtres et de charmes

et des pieds de mouton.

De beaux pieds de mouton - Hydnum repandum cachés dans les feuilles mortes
De beaux pieds de mouton – Hydnum repandum cachés dans les feuilles mortes

Pas de trouvailles extraordinaires, d’espèces intéressantes, juste de quoi satisfaire mes besoins « mycophages » raisonnablement.

Une cueillette de cèpes pour agrémenter le repas du soir
Une cueillette de cèpes pour agrémenter le repas du soir

Du côté des ruches, tout s’est passé à merveille. Mes abeilles ont admirablement travaillé. Elles m’ont offert une récolte au printemps et une autre à la fin de l’été.

Un beau rayon de miel
Un beau rayon de miel

Actuellement elles hivernent tranquillement, aucune colonie ne semble manquer à l’appel. Mon travail est de les chouchouter au maximum pour qu’elles soient prêtes à démarrer dès que les beaux jours reviendront.

Le petit rucher de Ronchamp sous la neige
Le petit rucher de Ronchamp sous la neige

Et nous voici donc début mars 2016. Les premières morilles coniques sont ramassées dans la région. La météo est plutôt conforme à ce que l’on attend, même particulièrement pluvieuse. L’hiver est étrange, à tendance automnale, puis printanière avec des relents hivernaux. Il balbutie sa saison. Je suis curieux de voir comment les morilles 2016 vont s’adapter à cette situation inédite.

Allez, on oublie 2015, bonne saison apicole et « champignonnesque » 2016 ! les morilles 2016 arrivent…non elles sont déjà là !

Auteur : theLJL70

Un petit peu de moi, un résumé, un raccourci... Pour en savoir un peu plus, n'hésitez pas à consulter cette page : A propos

22 réflexions sur « Morilles 2016 déjà ! »

  1. Bonjour je souhaite vous féliciter pour votre blog qui est au top.Etant un habitant de Frahier je suis vos post avec intérêt.Malgré mes multiples sorties je n arrive pas à trouver de morilles…

    1. Bonjour,

      Merci !
      Dans notre secteur, les stations possibles sont très rares en raison de l’absence de calcaire et de la géologie du terrain. C’est très simple sur le versant alsacien des Vosges, le Sundgau, le Doubs, la partie ouest de Haute-Saône…

      1. salut
        content de te relire ici !
        désolé pour ta stations de morilles , moi j’ai 2 ou 3 places qui disparaissent tous les ans , c’est desolant !
        quand il n’y aura plus rien a couper , ils arreterons .

        1. Salut Fred,

          Ce qui me désole c’est que les stations sont rares par ici. Je vais être obligé de chasser sur tes terres :)
          Bonne saison, tu m’en laisses quelques unes ! ;)

  2. bonjour

    je viens de découvrir votre site
    passionné de champignon , je suis allé au morille ce jour 7 mars 2016 et une petite récolte qui m’a fait très plaisirs
    les 1er de la saison 2016
    22 morilles toutes plus belle les unes que les autres (ma sœur qui elle aussi est passionné en est jalouse )
    dommage qu je ne puisse inclure une photo de ma récolte
    je vous souhaite a tous une excellente saison 2016
    cordialement

  3. pas de probleme , il y en a pour tout le monde ! et cette année commence plutot bien pour moi
    pourvu que le temps reste humide , il manque juste un peu de chaleure , mais rien ne presse.

    1. oui oui il ne faut pas que ça pousse trop vite, je suis coincé en ce moment. Surtout pas de gros coup de chaud et de temps sec, sinon ça sera moins sympa. Peut-être enfin une belle saison !

  4. Bonjour,

    Chaque année, des spots à morilles sont victimes des coupes claires des forestiers mais j’ai constaté également que ces mêmes spots produisent en grandes quantités sur ces sols meurtris et souvent au pied des souches.
    A vérifier par chez toi.

    1. Bonjour,

      Vu le biotope atypique, j’en doute, mais j’irai voir quand la saison démarrera ici. Ce sont de gros engins de débardage qui sont passés là, le sol s’est enfoncé d’une bonne trentaine de centimètres.

  5. Je viens de vous découvrir!
    J’habite dans une maison avec jardin à Strasbourg. Début avril 2015, je découvre des morilles chez moi! Un ami chercheur en biologie me confirme que ce sont bel et bien les morilles, la pharmacienne du coin aussi! Y a t il un espoir de retrouver une recolte cette année?
    J’essaierai de trouver votre page Facebook pour vous montrer les photos 2015…
    bien cordialement

    1. Bonjour,

      Mon grand-père avait des morilles qui poussaient presque chaque année dans son jardin lorrain. Seule la météo conditionnait l’importance des pousses. Ici, nous avons régulièrement des morilles qui poussent sous un pommier sous lequel nous laissons une partie des pommes pourrir.
      La page Facebook est accessible depuis le module sur la droite.

      Cordialement.

    2. Bonjour Craig,

      C’est fréquent de trouver des morilles dans son jardin sous nos latitudes en milieu urbain mais sous certaines conditions.
      Ce sont des pousses exceptionnelles qui n’arrivent qu’une seule fois la plupart du temps.
      Effectivement lorsqu’un parterre autour de plantations a été paillé au courant de l’automne, il est assez fréquent d’y trouver de la morille costata mi-avril. J’ai pu le vérifier à de nombreuses reprises mais cette pousse est généralement unique.
      Il en est de même et toujours pour la costata d’en trouver dans sa pelouse lorsque celle ci a été refaite l’année précédente essentiellement en bordure pour peu qu’à proximité il y ait une plantation avec de la sève riche en glucose (lilas, pommier, frêne).
      C’est toutefois dans le paillage que la probabilité est relativement importante.
      Ex: Lorsque mon voisin avait tapissé sa butte de terrasse avec du mulch, je lui avais fait part de cette probabilité. Mi avril de l’année suivante, son épouse est venu me voir pour me dire qu’il y poussait de drôle de champignon….
      Il y en avait plus de 70 en l’espace de 3 à 4 jours….mais depuis plus rien.
      Et de nombreuses personnes m’ont relaté ce type d’évènement.
      Moi même lorsque j’ai emménagé dans ma maison j’ai retrouvé 27 morilles au pied d’un hortensia paillé avant l’hiver… et depuis plus rien.
      Par curiosité, si tu veux bien Craig, confirme ou infirme nous si ce mois tu en retrouves dans ton jardin à Strasbourg.

    3. J’ai également trouvé 5-6 morilles il y a qques années dans mon jardin, dont une qui a poussé sur une … couvertine de béton. Incroyable mais vrai !. Aucune repousse depuis.
      Première cueillette 2016 de 17 morillons le 9 avril puis de 45 le lendemain sur les bords du Rhin et d’une morille blonde. Environ 420 morillons ramassés près du Rhin se sont ajoutés mercredi aux 180 trouvés jusqu’ici. Malgré deux belles morilles blondes trouvées, elles se font encore désirées. Pendant que j’écris ces lignes, ma femme cuisine pour la première fois deux belles pézizes veinées trouvées hier parmi 8 morillons et une bohemica.
      Cordialement

    1. Bonjour,

      On ne m’en a pas montré, mais je suis certain que les morilles coniques sont déjà sorties à basse altitude sur les flancs vosgiens calcaires. En plaine d’Alsace, c’est encore un peu tôt et sec avec la bise de ces derniers jours.

      Cordialement.

  6. Bonjour. Pour compléter mon histoire, oui, j’ai eu encore des morilles pour la deuxième fois en 2016, mais nettement moins. On verra pour cette année. Croise les doigts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.